Actualité

Les « élevages-usines » de chiens.

Un petit chiot qui remue la queue lorsqu’il voit à travers ses barreaux un humain, ne veut pas dire qu’il est heureux. Ses petits yeux à peine ouverts ont du mal a déceler l’amour de la maltraitance. Il naît comme ça, il sera vendu comme ça, mais avec un petit peu de chance il ne grandira pas comme ça.


Dans le monde, de nombreux élevages de chiens existent. Parfois des bons, parfois des mauvais, parfois l’enfer.
Un chien est dit le meilleur ami de l’homme, mais est-ce que l’homme remplit son rôle à la perfection? Pour certains oui, pour certains non, pour certains c’est pire.


De nombreux élevages intensifs existent, des élevages d’horreur, de torture. Maud, une ancienne stagiaire d’un élevage intensif témoigne: « Leurs journées derrière des barreaux, sans jamais voir rien d’autre que leurs gamelles, un congénère placé dans le même box et quelqu’un qui vient juste nettoyer.»
Dans ces prisons, derrière ces barreaux il n’a pas de place pour l’amour. Le froid de l’hiver, la chaleur de l’été, les pluies incessantes, les orages terrifiants, seule la solitude est présente dans leurs enclos.


« Ils sont des numéros.»


Un élevage rapporte de l’argent et seulement de l’argent. Les femelles rapportent environ 100.000 euros chacune par an après la naissance de leurs chiots. Elles sont là seulement pour mettre-bas, offrir à leur « maître » de nouveaux chiots à vendre.
Selon Maud, un élevage intensif est synonyme de mort pour eux, le lieu est également perçu comme un cauchemar: « C’était répétitif, comme à l’usine. On passait dans les files énormes de boxes, on regardait vite fait [si les femelles avaient] leurs chaleurs, on leur donnait à manger, et on ramassait la crotte. »


Par exemple, dans un « élevage-usine » en Auvergne des chiots sont élevés pour des laboratoires du monde entier. L’accès est strictement interdit au public. Des grillages, des barbelés, des alarmes entourent tout le domaine. Cela s’apparente à une prison de haute sécurité, sauf que les détenus sont des chiots, en l’occurrence des Beagles, nés au
mauvais moment. Il sont entre 1.000 et 2.000 chiots par an à être vendus dans des laboratoires pharmaceutiques.
Dans ce domaine, il y a seulement un vétérinaire pour environ 2.000 âmes.
Ici, le chien qui est de nature douce et affectueuse est vendu comme du « matériel de labo. »


Les femelles produisent à la chaîne.


Dans certains élevages, lorsque deux femelles d’une même race mettent bas au même moment, les chiots d’une des deux sont confiés à l’autre. Pendant qu’une chienne nourrit et s’occupe d’une dizaine de chiots en plus, la jeune mère se reproduit à nouveau de force afin d’avoir de nouveaux des petits le plus rapidement possible. Son corps n’a pas le temps de se remette de sa précédente gestation qu’elle en vit une de plus.
« Je compare un peu ça à de l’esclavage » confie alors Maud.


Durant leurs premières nuits, les chiots sont très fragiles et peuvent donc perdre la vie. Dans ces élevages, aucune surveillance n’est effectuée la nuit, alors de nombreux bébés perdent la vie. Un ancien employé a raconté que presque chaque matin il devait se débarrasser de « deux seaux de chiots morts.»


Au cours de sa vie, une chienne donne naissance à un millier de chiots. Le nombre exacte ne sera jamais communiqué car lorsque un chien n’est pas sevré, il n’est pas compté.
Les mâles sont enfermés toute l’année et leur seul moment de « liberté » est lorsqu’il doit féconder une femelle qui vient de mettre bas. Ils sont entassés dans un espace réduit et observés des éleveurs comme des bêtes de foire.
Malheureusement, ces chiens sont nés pour se reproduire.


30 Millions d’amis.


Même si un élevage intensif, dit élevage-usine, est cruel, de nombreuses associations et fondations luttent contre ça.
La fondation 30 Millions d’amis a été créée en 1995 par Jean-Pierre Hutin. Il a voulu y instaurer des valeurs et combattre toute forme de souffrance animale.
Ils traitent tous les animaux de compagnies: chiens, chats, reptiles, poissons, lapins… ainsi que quelques faunes sauvages: guépards, bonobos…
Aide. Lutte. Pédagogie. Encouragement. Quatre mots forts qui décrivent la fondation.

0 comments on “Les « élevages-usines » de chiens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :