le long cauchemar de Jacqueline Sauvage

Ce jeudi 23 juillet 2020, Jacqueline Sauvage est décédée à l’âge de 72 ans dans son domicile à La Selle-sur-le-Bied. Je voulais revenir sur cette affaire qui a déferlé la chronique de 2012 à 2016. Celle d’une femme amoureuse mais battue, tuant son mari avec son fusil.

https://s.france24.com/media/display/0a37de1e-d195-11ea-b82b-005056a98db9/w:1280/p:16x9/000_1VY4P7%20%281%29.webp

47 ans, c’est le nombre d’année qu’a vécu Jacqueline Sauvage sous l’emprise de son mari Norbert Marot. 47 ans de viols, de coups, d’humiliations public, de harcèlement moral et physique au quotidien. Cependant, jamais elle ne s’est plainte. Ni auprès de ses proches, ni auprès de la police. Un amour violent dès le début de ses 17 ans quand elle se maria avec lui contre le gré de ses grands frères. Jacqueline et Norbert eurent quatre enfants : Sylvie, Carole, Fabienne et Pascal. Des enfants qui vécurent les mêmes atrocités que celles de leur mère et parfois en lui cachant la vérité bien que Jacqueline essayait au maximum de les protéger. Son fils s’est donné la mort deux jours avant le crime à cause de tout cela.

Le 10 décembre 2012, Jacqueline Sauvage tua Norbert Marot de 3 coups de fusil dans le dos après s’être fait battre par lui. Le geste désespéré d’une femme voulant éviter de se faire tuer par son mari. Jacqueline Sauvage est condamnée le 28 octobre 2014 à dix ans de réclusion criminelle par la cour d’assises d’Orléans. Ces filles et elle on fait appel : rejeté par la cour d’appel de Paris l’année suivante. La pétition pour libérer Jacqueline Sauvage compta de plus en plus de signature, les manifestations s’enchaînèrent et de multiples personnalités politiques ou non montrèrent leur soutien. François Hollande, président de la République à cette époque, était en fin de mandat et ne proposait pas sa candidature aux futures présidentielles. Il demanda de rencontrer dans son bureau les deux avocates de Jacqueline, Me Nathalie Tomasini et Me Janine Bonaggiunta, accompagnées de ses trois filles. Le verdict tomba une première fois le 31 janvier 2016 avec une grâce présidentielle partielle. Mais le 28 décembre 2016, François Hollande accorda à Jacqueline Sauvage une grâce présidentielle totale avec exécution immédiate.

Cette femme détruite toute sa vie est enfin libérée de ce long cauchemar. Une vie que le réalisateur Yves Rénier a décidé de rendre hommage dans son film “Jacqueline Sauvage : c’était lui ou moi” sorti en 2018. Durant plus d’une heure trente, nous n’arrivons pas à nous imaginer tout ce que cette femme a subi quotidiennement plus de la moitié de sa vie. Un film à voir pour mieux comprendre toute l’affaire !

Une situation tristement courante

Rappelons le, en 2019, en France, il y a eu malheureusement 149 féminicides dûs à des violences conjugales par leur conjoint ou leur ex. Des femmes victimes dont la justice ne comprend pas pourquoi elles n’ont pas porté plainte. Des réponses à cette question ? La pression et la peur. Ils existent bien évidemment un numéro, gratuit et anonyme, pour les femmes victimes de violence : 3919. Il ne faut pas hésiter à l’appeler si vous vous sentez en danger. Le 16 juillet dernier, un progrès contre ces violences a été franchi. L’Assemblée National a voté en faveur de la levé du silence médical en cas de “danger immédiat”. Les personnes pourront se sentir plus soutenu par le corps médical. Cela évitera le pire dans beaucoup de cas.

Je rappelle le numéro en cas de violences faites aux femmes : 3919.

Portez-vous bien !

Agathe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s