Societe

Hypersensible et fier.e.s !

Ressentir pour plusieurs, être dans l’empathie constante, avoir une infinité de larmes dans le corps : oui, j’en suis fière.

Connu souvent de manière légère, l’hypersensibilité n’est pas qu’une simple tendance à être plus triste et à prendre plus à cœur certaines choses. Bien plus complexe, ce trouble psychologique peut toucher l’estomac, le cœur, les poumons, et tout cela contrôlé par le cerveau !

« En fait, tu es hypersensible », m’avait dit le psychologue. Ce à quoi j’avais répondu « et je vais mourir ? ». Après coup, cette réaction m’attendrie et me fait rire, sur le moment, je souffrais. Au delà du fait d’être désinformée, la douleur que je ressentais au ventre, au cœur, aux poumons, me laissait penser que j’allais réellement mourrir. Tant elle est forte, tant elle me rendait faible.

Souvent, on me l’a répété : « ah oui, moi aussi je suis hypersensible. ». À tout va. Comme si c’était beau, de l’être. Pourtant, c’est une maladie. Personne ne s’amuse à clamer « j’ai un cancer ».

Je l’ai détesté, du plus profond de mon être. Je ne comprenais pas pourquoi c’était toujours moi qui pleurais, qui sautais de joie, qui était celle qui réalisait le plus ce qu’il se passait. Je l’ai détesté parce que l’on m’a tellement traité de « fragile » que je me suis moi-même traité de fragile.

Comme toute chose, il y a des mauvais côtés, certes, il y en a aussi des bons. Il m’a fallut un long moment avant de l’accepter. Avant de comprendre que j’étais chanceuse de pouvoir pleurer devant un film, un livre, une peinture. Que j’étais chanceuse d’aimer double et de détester triple. Que j’étais chanceuse de pouvoir vivre mes sentiments pour deux.

Cela peut paraître étrange et je ne clame pas la beauté de l’hypersensibilité. Cependant, nous avons tendance à toujours mettre en avant les mauvais côtés d’un trouble, d’une maladie. Sans penser qu’il peut y en avoir des bons.

Un des mauvais côté de ma maladie, c’est que je ne pourrai pas être soignée.

Cela m’est égale. Je suis fière, aujourd’hui, d’être hypersensible.

Ginger Rogers, actrice tant chérie, aurait fêté ses 109 ans aujourd’hui… Elle était hypersensible, elle aussi ! Elle disait que c’est son hypersensibilité qui l’a poussé à faire du cinéma. Comme quoi, on peut s’en servir comme force.

Prenez soin de vous

0 comments on “Hypersensible et fier.e.s !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :