Cher Confinement,

Cher Confinement,

T’écrire plus tôt aurait changé toute la tournure que prendra cette lettre. Je ne m’y attendais pas.

Lorsque tu as été annoncé, je n’ai pas été choquée. C’était pour moi normal, et même essentiel, que l’on s’enferme tous chez-nous. Pour le bien commun.

Alors j’étais bien. Je lisais, je cuisinais, je jouais de la musique. Je continue de travailler de chez-moi et j’ai des cours à distance. Rien n’avait réellement changé.

Du jour au lendemain, j’ai commencé à voir cette panique dans les yeux des gens. Ils avaient peur du changement que tu allais leur offrir : leur poids, leur fatigue… Je les ai alors vu, tous, avoir envie de créer. Ils s’y sont mis à plusieurs, ils écrivent, ils composent, ils produisent. Comme si tu les obligeais à être productif. Je ne voulais rien faire de tout ça, moi.

Tu m’y as poussé aussi, j’ai tenté. Mais tu n’as pas gagné. Je terminais toujours assise sur la terrasse, à regarder le ciel en attendant que le temps passe. Trop lentement.

Je ne te vivais pas mal, je ne voyais aucune différence avec une vie non confinée. Mais il est parti.

On me l’a dit il y a quelques minutes. Il est parti, le virus a été plus fort que lui. Malgré le fait que tu sois là, il est parti et, à cause du fait que tu sois là, je ne serai pas présente à la cérémonie. On ne peut être trop nombreux.

Je t’en veux. Je t’en veux parce que tu te montres comme vouloir le bien mais qu’à cause de toi, ne pouvant offrir plus de jour à sa vie, personne n’a pu offrir un peu plus de vie à ses derniers jours. Je t’en veux parce que je ne lui ai pas dit au revoir et que je ne pourrai pas le faire. Je t’en veux parce que je ne reverrai plus son visage.

Mais je te pardonne, parce que je n’ai pas le choix.

Alors je vais rester avec toi, mais tes règles m’insupportent. Je n’en peux plus de voir des gens dehors pour leur balade quotidienne tandis que d’autres souffrent de ne pouvoir aller à l’enterrement d’un proche. C’est douloureux de se sentir inécouté. Mais tu me lis, alors je te le dis :

Cher confinement, nous serons plus forts que toi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s