NON.

Ce mercredi premier avril, Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation à l’hôpital Cochin à Paris, s’est exprimé en direct sur la chaine LCI à propos d’un possible vaccin contre le COVID19.

Voici ses propos : « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le sida, ou chez les prostituées : on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées. Qu’est-ce que vous en pensez ? ». Ce à quoi a répondu, Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm : « Vous avez raison. »

Ces propos ont tout naturellement suscités une vive réaction de la part des internautes qui se disent indignés et profondément choqués. 

Rappelons que l’Afrique compte à ce jour 8 018 cas confirmés et 339 décès. L’Europe quant a lui comptabilise 635 180 cas confirmés et 46 430 morts. Pourquoi cette volonté de faire des testes dans les pays d’Afrique tout en sachant que l’urgence y est moindre ? 

Notez que le continent Africain a déjà été utilisé comme cobaye à la fin des années 50, par différents groupes de chercheurs américains qui travaillaient au développement du vaccin contre la Polio. Certains diraient même que c’est lors de ces recherches que le VIH serait arrivé et se serait par la suite répandu sur le continent.

Laurent Louis, ancien député belge

Bref. Tout cela pour dire que penser sans sourciller que cela serait une bonne idée de tester les vaccins sur la population africaine avant de l’appliquer sur la population française découle d’une idéologie nommée la hiérarchisation des races. Cela revient à penser qu’une vie européenne est plus importante et fragile qu’une vie africaine. C’est ce qu’on appelle du racisme. Et c’est (censé être) condamné par la loi.

De nombreux internautes tentent de faire entendre leurs voix en reléguant des slogans tels que celui-ci.

Certain.e.s le mettent en photos de profil afin de montrer leur mécontentement et leur position face à la situation

Pour finir, Jean Paul Mira, Le chef du service de réanimation à l’hôpital Cochin, a donc présenté ces excuses ce vendredi en déclarant : « Je veux présenter toutes mes excuses à celles et à ceux qui ont été heurtés, choqués, qui se sont sentis insultés par des propos que j’ai maladroitement prononcés ». Disons que c’était la moindre des choses.

Gardez vos expérimentations, l’Afrique n’est pas un laboratoire. Ah oui, enfaite, la vie ainsi que la santé des travailleuses du sexe sont tout aussi importantes. Laissez les tranquilles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s